A l'origine des jeux..

Les Jeux Olympiques ont débuté à Olympie en 776 av. J-C. Ces concours devaient leur nom au sanctuaire d'Olympie dans le Péloponèse. A la base, ces concours étaient des fêtes religieuses mais c'était aussi l'occasion de faire des négociations diplomatiques et signer des traités. Ils commémoraient la victoire remportée à la course de char par Pelops ou Oenomas, Roi de Pisa. Ces rencontres se déroulaient 5 jours en été, tous les 4 ans, ils incluaient les jeux panhelleniques où se rencontraient différents peuples : les peuples Pythiques, Isthmiques, Néméens et Olympiques; seuls les grecs membres de l'aristocratie des cités, gens de bonne famille et qui avaient de l'argent pouvaient y participer. Ces derniers devaient d'abord subir plusieurs épreuves au gymnase d'Elis avant d'être admis à concourir à Olympie. Pour finir, il faut savoir que les femmes avaient interdiction d'y assiter.

Les hommes couraient nus afin que les femmes ne participent pas. L'entrée aux Jeux Olympiques leur était interdite sous peine de mort.

 

Ces grands-messes sportives attirent des quatres coins du monde grec quantités de populations. C'est parce qu'ils accroissent le prestige et le poids économique du lieu, que les rassemblements ont lieu tous les quatres ans afin de susciter convoitises et rivalités. Du faite que les jeux soient si prestigieux, la cité organisatrice se trouve impliquée dans toutes les luttes de pouvoir. Ainsi, les fêtes olympiques associées à Ellis sont parfois célébrées par Pise suivant les alliances politiques et la suprématie de la cité. Indépendamment de cette rivalité, les jeux rassemblent une population très diversifiée.
On est pas là pour la seule beauté du spectable, on profite de l'affluence pour faire des rencontres et prospérer des affaires. Les uns viennent pour les épreuves, les autres pour les festivités religieuses ou d'autres encore pour faire des affaires, de la propagande ou de la politique, voire signer des accords diplomatiques. Les poètes et écrivains venaient y lire leurs oeuvres. Autrement, pour les philosophes de l'époque, ces competitions etaient un moyen de dispenser des leçons publiques.
Olympie constituait donc une "vitrine" permettant de diffuser toutes sortes d'informations.

Olympie et ses principales installations

 

Dans la grèce antique déjà, on disait qu'une victoire à olympie faisait plus pour la gloire d'une cité qu'une victoire sur le champ de bataille. Les JO étaient tellement importants que pendant leur déroulement, tout conflit était suspendu. Cette tradition de la "Trêve olympique", ou "Ekecheiria", commenca au IXe siècle avant J.-C. grâce à la signature d'un traité entre trois rois, Iphitos d’Élide, Cléosthène de Pisa et Lycurgue de Sparte. Ensuite toutes les cités grecques ratifièrent ce traités. Ainsi durant cette période de trêve, les athlètes, les artistes et leur famille, les pèlerins pouvaient voyager en sécurité afin de participer ou assister aux Jeux Olympiques puis retourner dans leurs pays respectifs.

 

Un certain nombre de récompenses étaient réservées aux vainqueurs.  Chaque athlète de chaque cité jouaient pour la gloire, le vainqueur était qualifié d'"Olympionique" et ce titre envié lui procurait une renommée éternelle ou mieux encore; "periodonikai" c'est à dire la victoire aux 4 concours sacrés d'Olympie, Delphes, Isthme et Némée: c'est le sommet de la célébrité. Les récompenses étaient proclamées par le heraut , qui était un officier chargé d'annoncer publiquement les nouvelles, devant tous. Solon (600 av JC) avait même proposé 500 drachmes (une fortune à l'époque) à celui qui rapporterait à Athènes une couronne olympique.
Cependant, contrairement à aujourd'hui, l'argent n'avait pas beaucoup d'interet pour les athlètes; la gloire était bien plus importante.

Les vainqueurs recevaient en récompense une couronne d'olivier.

 A cette époque, il  y avait un meilleur esprit sportif, les juges étaient égalements plus sévères et impartiaux. Pour que ces épreuves restent des rencontres, il y avait une application stricte du reglement et les jeux étaient sous haute sécurité. Pour le contrôle des rites et règlements, les juges étaient aidés par les bouleutes, membres du conseil olympique. L'execution des consignes et le maintien de l'ordre étaient assurés par la police des jeux qui étaient commandée par le prefet de police.
Parfois, lorsque les adversaires avaient un comportement déloyal ou haineux , par exemple, au pugilat ou au pancrace qui étaient des sports violents, si l'un des 2 adversaires est tué, ce dernier est couronné, le "vainqueur" lui, est condamné et sanctionné. Il est disqualifié, paye des amendes et parfois doit subir des coups de fouet. Les athlètes ont cherché à pousser les règles dans leurs derniers retranchements, à les contourner voire à les franchier sans se faire prendre. Pareil quand un conccurent a obtenu à prix d'argent une victoire facile, ils étaient alors condamnés et s'ils refusaient de payer, la cité était rendue responsable et était exclue des Jeux Olympiques jusqu'au paiement. L'argent des amendes servait  à executer des statues de Zeus en Bronze. Sur ces piedestaux étaient gravés le nom des fautifs à circonstances de leur condamnation (cela avertissait ceux qui voudraient les suivre, cela servait d'exemple). Néanmoins, les condamnations pour fraude ou attitudes déloyales étaient rares. Il y avait bien moins de tricheries qu'à notre époque.

Pour ressituer le contexte historique de l'époque, la civilisation grecque était à son apogée: les guerres contre les Perses se terminaient et c'était aussi l'époque des philosophes : Platon, Aristote.. Les arts étaients même associés au sport, en effet l'ont dessinait sur les vases et quelques statues étaient édifiées. Mais cette longue guerre du Péloponèse qui opposait Athènes à Sparte entraîna un déclin des Jeux Olympiques. La professionalisation ouverte  des athlètes confirma ce déclin. Rome, qui annexa la Grèce en 146 av. J-C marqua peu d'intéret pour les Jeux Olympiques jusqu'à ce que Tibère, deuxième empereur romain (42 av. J-C - 37 ap. J-C), engagea un quadrige, (char antique à 2 roues alleté de 4 chevaux de front , souvent utilisé pour les courses) puis Germanicus ( 15 av. J-C - 19 ap. J-C) qui participait à la course et enfin Néron en 67 ap. J-C, dont la tricherie dans la course de chars est restée célèbre.

La course de char

 

Hadrien s'evertua à populariser les Jeux Olympiques  mais il était trop tard. Influencés par les Jeux de cirque romains et combat de gladiateurs, les Jeux Olympiques avaient depuis longtemps perdu leur raison d'être. L'empereur Théodose abolit finalement les Jeux Olympiques en 394.

En conclusion, les Jeux Olympiques antiques, permettaient de réunir les differents athlètes et peuples afin qu'ils se rencontrent  et s'affrontent sous formes d'épreuves sportives. De plus , ces compétitions permettaient de régler les conflits politiques entre les différentes cités. Pour finir, les jeux d'Athènes ont allié l'histoire, la culture, la paix aux sports et à l'olympisme, inspirant le monde dans la célébration des valeurs olympiques.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site